Il fait peindre en latin sur un mur d’entrée de la Librairie « en l’an du 1571, à trente huit ans,

la veille des calendes de mars, anniversaire de sa naissance, Michel de Montaigne,

dégoûté depuis longtemps de l’esclavage du parlement et des charges publiques, s’est

retiré, encore en possession de ses forces, dans la sein des doctes vierges où dans le

calme et la tranquillité, il passera le peu de temps qui lui reste d’une vie déjà en grande

partie révolue. Espérant que le destin lui accordera de parfaite cette habitation, douce

retraite ancestrale, il l’a consacrée à sa liberté, à sa tranquillité, à ses loisirs ».