Chaque page ouverte me semble écrite pour moi.

Pessoa me dépeint et cela me trouble et me rend heureuse.

De l’action, je refuse d’agir, déconditionnement du devoir de l’action.

Le beau passage du droit au silence de G.Deleuze